Le storytelling a le vent en poupe : les entreprises et marques françaises sont de plus en plus enclines à raconter leur histoire aux consommateurs. Cette technique de communication, qui s’applique aussi bien à la sphère politique qu’à celle des entreprises, peut en effet se révéler d’une redoutable efficacité.

Cependant, le storytelling doit répondre à des règles précises pour faire mouche. Découvrez les différentes étapes d’une stratégie de storytelling, et apprenez enfin à séduire vos prospects et clients par le biais d’une histoire.

Le storytelling, qu’est-ce que c’est ?

Le storytelling peut se définir comme l’art de raconter une histoire. Toutefois, cette définition mérite d’être complétée : le storytelling répond généralement à des objectifs distincts, et il fait appel aux structures narratives du conte et du mythe pour atteindre ces objectifs.

Le storytelling peut être utilisé à des fins de :

  • Prospection : l’histoire racontée sert alors à « briser la glace » avec les consommateurs. Il permet ainsi une découverte plus ludique, et plus engageante, de l’entreprise et de son offre.
  • Engagement : l’histoire sert alors à séduire des prospects déjà qualifiés. Il s’agit de permettre l’identification des interlocuteurs à l’entreprise, et de remporter leur adhésion par le biais des affects et des émotions.
  • Fidélisation : l’histoire justifie alors une forme de loyauté à l’entreprise, et pousse les clients à lui rester fidèles sur le long terme.

S’ils sont bien distincts, ces 3 objectifs n’en sont pas moins complémentaires. Il est donc possible de prospecter, d’engager et de fidéliser des consommateurs avec une seule et même histoire, à condition d’exploiter les bons leviers.

Le storytelling, pourquoi ça fonctionne ?

Les messages publicitaires et promotionnels classiques reposent généralement sur un argumentaire raisonné. On cherche alors à convaincre les prospects et les clients en déroulant un argumentaire logique : autrement dit, on essaie de prouver le bien-fondé d’une offre, d’un produit ou d’un service. Mais si l’argumentaire commercial classique a fait ses preuves, il reste limité : en évoquant seulement des arguments logiques, vous ne faites pas appel aux désirs profonds de vos prospects et clients.

Et c’est là toute la puissance du storytelling : en racontant une histoire, vous déclenchez des émotions, ravivez des souvenirs et suscitez un désir d’identification. Que vous vous adressiez à des professionnels ou des particuliers, il vous faut jouer la carte des affects : ces derniers conditionnent puissamment le passage à l’achat. En adoptant un registre émotionnel, vous disposerez ainsi d’un pouvoir de séduction accru face à vos prospects

Storytelling : quelles étapes respecter ?

La structure d’un récit peut s’avérer complexe lorsqu’on s’amuse à la décortiquer. Il est toutefois possible d’en dégager des lignes directrices pour simplifier le processus. Pour raconter l’histoire de votre marque, de votre entreprise ou d’une offre, il vous faudra mettre en scène les éléments suivants.

  • Un point de départ, stable et familier pour l’audience à laquelle vous destinez votre storytelling ;
  • La montée en puissance d’une problématique, qui affecte le personnage principal (ou le héros) de votre storytelling ;
  • Un retournement de situation et des péripéties, au cours desquelles le héros fait face à sa problématique ;
  • Un point culminant, pendant lequel votre héros trouve enfin une solution (liée, de façon directe ou indirecte, à votre entreprise, ses produits ou ses services) pour résoudre sa problématique ;
  • Une chute et un dénouement, qui permettent de « boucler la boucle » et de revenir à une situation stable et rassurante pour l’audience.

Vous souhaitez enrichir la communication de votre entreprise grâce au storytelling ? Contactez-nous : notre agence web à Toulouse vous accompagne dans la mise en oeuvre de votre stratégie digitale.

Share This